La saison agricole menacée par la sécheresse: Akhannouch annonce des mesures

Les retards de pluie inquiètent de plus en plus les agriculteurs marocains. Dans ce contexte, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, a annoncé, lundi 20 novembre au Parlement, une série de mesures pour sauver la saison agricole.

Plus les premières pluies tardent, entre septembre et décembre, plus le potentiel de production de la céréaliculture (blé dur, blé tendre et orge) diminue.

Et actuellement, on peut déjà parler d’un retard inquiétant, explique Ahmed Bamouh, professeur à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II. En effet, selon les derniers chiffres officiels, cette année a enregistré une baisse des pluies de 74% en moins par rapport à une saison normale à la même période. Aussi le taux de remplissage des barrages a atteint 32% dans les zones agricoles, contre 42% pour la même période de l’année précédente.

Et selon cet expert en production, protection et biotechnologie végétales, «la saison des semailles commence depuis le 15 octobre Filahi qui est la fin octobre grégorien. Et là, puisqu’on a dépassé la mi-novembre, il faut se préparer à d’autres options».

Il s’agit pour les agriculteurs, de réduire en fonction de l’importance des retards, les investissements dans les cultures céréalières en prévision d’une faible récolte. Ils réduisent les quantités d’engrais, simplifient le travail du sol et augmentent la densité de semis.

«Si les pluies n’apparaissent qu’en janvier, les agriculteurs pourront opter pour les cultures de printemps, notamment les légumineuses. Mais ces cultures ne sont une option que pour les plaines du nord du Maroc. Pour les autres zones, ce sera l’élevage qui sauvera la production agricole», souligne Bamouh.

Mais le retard des pluies affectera aussi les élevages qui sont basés sur les parcours comme notamment les ovins et caprins. « Parce que les premières pluies permettent aussi la pousse des herbes pour nourrir les animaux », ajoute Bamouh.

Les mesures d’Akhannouch pour sauver la saison agricole

Dans ce contexte, le gouvernement se mobilise pour sauver la saison. C’est ce qu’a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture lundi 20 novembre lors d’une séance des questions orales au Parlement.

Akhannouch a ainsi annoncé un certain nombre de mesures d’accompagnement visant à fournir de manière régulière et suffisante des engrais, à faciliter l’accès des agriculteurs à des financements, à poursuivre le programme d’assurance agricole et à rationaliser les ressources hydriques.

Par ailleurs, le ministre a assuré que le retard des pluies jusqu’au mois de décembre ne va pas affecter cette saison agricole, notant que le ministère dispose de plusieurs programmes pour accompagner les agriculteurs. Il est question du financement de projets et la subvention des prix des engrais, qui n’ont pas changé depuis l’adoption du plan Maroc vert. Il a également noté que l’Etat consacre environ 1 milliard de dirhams en faveur des équipements agricoles hydriques.

Selon la même source, le programme d’assurance agricole va concerner cette saison une superficie d’un million d’hectares de terres agricoles et 50.000 pour les arbres. On cite également la hausse de 11% de la quantité de graines automnales mise à la disposition des agriculteurs, comparée à l’année précédente et qui atteindrait cette année 1,65 million de quintaux.

Il est également question de l’approvisionnement du marché local en engrais, soit 500 mille tonnes. Et ce, en en collaboration avec l’OCP et selon une cartographie et de nouveaux produits qui prennent en considération les besoins des différentes cultures par région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *