Bousculade d’Essaouira: les responsables locaux entendus par le ministère de l’Intérieur

Une commission d’enquête a été dépêchée, dimanche soir, par le ministère de l’Intérieur sur les lieux de la dramatique bousculade qui a fait 17 morts et plusieurs blessés.

Le département de Abdelouafi Laftit a décidé d’envoyer une commission d’enquête sur les lieux de la tragique bousculade qui a eu lieu ce dimanche à Sidi Boulaalalem près d’Essaouira et qui a fait 17 morts et des dizaines de blessés, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur parvenu à H24Info.

«Dans le cadre de l’enquête administrative globale ordonnée par le ministère de l’Intérieur, une commission relevant de l’inspection générale de l’administration territoriale a procédé, ce dimanche soir, à une série de rencontres avec les autorités locales de la province d’Essaouira, afin de faire la lumière sur l’ensemble des circonstances du drame», précise la note du département de Abdelouafi Laftit.

Plusieurs responsables locaux ont donc été entendus hier soir par la commission qui souhaite ainsi déceler toutes les éventuelles failles ayant conduit au drame pour déterminer les éventuelles responsabilités. «L’opinion publique sera tenue au courant des conclusions ainsi que des éventuelles dispositions prises à la suite de ces investigations», conclut le communiqué.

À noter que selon plusieurs sources médiatiques, le « bienfaiteur » à l’origine de la distribution des denrées alimentaire, un imam dénommé Abdelkebir Al Hadidi, a été arrêté hier soir par la gendarmerie de Tafettacht. Il préside «l’association d’apprentissage du Coran de la province d’Essaouira».

Nombre de personnes interrogées lui attribuent une aura qui se communique à travers le sac de denrées alimentaires distribuées. «Cette année, on s’attendait à 800 personnes. 5000 sont venues», expliquent les autorités locales. Ces personnes sont venues de plusieurs localités, y compris d’Agadir et elles ne se sont pas uniquement déplacées pour le panier de denrées alimentaires, d’une valeur de 150 dhs, mais également pour «pouvoir prendre la baraka du cheikh».

Une commission de l’Inspection générale de l’administration territoriale relevant du ministère de l’Intérieur a entamé dimanche soir, une série de rencontres avec les autorités locales de la province d’Essaouira. Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’enquête administrative globale ouverte par le ministère. Elles ont pour objectif de permettre de s’enquérir de l’ensemble des circonstances relatives à cet incident, de réviser, d’auditer et d’évaluer toutes les mesures adoptées à ce sujet, ainsi que de détecter tout éventuel dépassement ou dysfonctionnement et par conséquent, d’établir les responsabilités, indique un communiqué du ministère relayé par l’agence MAP.

L’opinion publique nationale sera informée de toutes les conclusions et des mesures prises à la lumière des résultats des investigations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.