Sâad Lamjarred dans VH: «j’ai pensé au suicide en prison»

Sâad Lamjarred a accordé une interview au magazine marocain VH. Un entretien où il raconte son passage par la prison, mais surtout sa relation avec ses parents et son enfance.

Dans un entretien accordé au magazine VH qui publie l’interview dans son dernier numéro paru le 15 novembre, Sâad Lamjarred avoue avoir pensé à se suicider lorsqu’il était incarcéré à Fleury Merogys, en France. Aujourd’hui en liberté conditionnelle en attendant l’ouverture de son procès, Saâd Lamjarrad évoque ses moments en prison.

«J’ai pensé au suicide en prison. C’est un enfer d’être enfermé. J’ai eu de grands moments de peur et de doute. C’est normal de penser à en finir», a t-il déclaré avant d’ajouter qu’il avait tenu grâce à ses parents à qui il doit tout. L’interview commence d’ailleurs par une question sur sa relation avec ses parents. «Sans mes parents, je ne crois pas que je serais là pour vous parler de ma vie. Tous les jours, durant des mois, sans relâche, ma mère et mon père étaient là avec moi à me parler, me donner des conseils, me consoler, me remplir d’énergie lorsque je baissais les bras».

Saâd Lamjarred relate son vécu dans le centre de détention, sans trop donner de détails. «Dans la prison c’était dur, difficile. J’étais dans une cellule individuelle pour des raisons de sécurité. Je suis un chanteur connu et célèbre, l’information a vite fait le tour de la prison. Il y a ceux qui m’en voulaient sans me connaître et ceux qui voulaient m’approcher pour une raison ou une autre. (…) En prison, tu dois oublier ta vie dehors et essayer de t’adapter à d’autres règles et d’autres relations humaines. Ce n’est pas évident et c’est d’autant plus invivable lorsque tu es connu».

À aucun moment, dans cet entretien, Sâad Lamjarred n’évoquera ce qui s’est passé le jour où la police a débarqué à l’hotel Mariott, la veille de son concert, pour l’emmener au commissariat. A aucun moment, il n’évoquera la plaignante, Laura Prioul, ni son accusation pour «viol aggravé». «Je ne sais pas quel dénouement aura cette histoire mais vous savez, je ne peux pas parler pour laisser la justice faire son travail en toute sérénité ».

Pour des raisons de respect du secret de l’instruction, ni Sâad Lamjarred ni le journaliste de VH n’ont pu réellement évoquer le dossier, les raisons de l’arrestation, la détention puis la libération, avec port de bracelet électronique, du chanteur.

«Je suis libre aujourd’hui et je n’ai plus de bracelet électronique. Cela veut dire que les choses commencent à entrer dans l’ordre. Pour moi c’est une nouvelle vie qui s’offre a moi», se contentera de dire Saâd Lamjarred.

L’auteur de «Ghaltana» est sûr que «la vérité va éclater et que tout le monde saura ce qu’il en est réellement». Selon lui, «la justice fait très bien son travail», de même que ses avocats. «Je reste confiant dans l’avenir», ajourea-t-il.

L’entretien évoque également le succès de son dernier morceau, Let Go. Ce titre, contrairement à ce que tout le monde croit, a été composé bien avant son passage par la case prison, «avec d’autres arrangements, une autre écriture musicale. Je n’imaginais pas un tel succès mais l’affaire y est pour beaucoup. Puis les gens ont vite fait le rapprochement avec mon passage en prison. Let go sonne comme le cri de quelqu’un qui veut prendre un nouveau départ. C’est dans la lignée de ce que je vis en ce moment.»

Saâd Lamjarrad conclut d’ailleurs l’interview sur le succès de cette chanson qui dépasse les 90 millions de vues. « C’est sur le succès de Lmaalem et de Let Go que je dois construire ma vie aujourd’hui».

Enfin, dans le questionnaire de Proust qui clôt ces 20 pages du dossier consacré à Saâd Lamjarred, le journaliste demande son mot préféré au chanteur qui répond, sans surprise: «Atih La3assir», les deux mots clefs de presque toutes ses publications sur les réseaux sociaux. Son acteur préféré: Robert De Niro; son plat préféré: Rfissa et Tanjia; son chanteur préféré: Bachir Abdou, son père…

À voir:
“Let Go”, le nouveau clip de Saâd Lamjarred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *