Lalla Joumala Alaoui expose au Dallas Museum of Art les facettes de l’Art Islamique

Lalla Joumala Alaoui expose les facettes de l’Art Islamique dans sa quête de l’esthétisme et du divin

Dallas (Etat du Texas) – L’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi aux Etats-Unis, Lalla Joumala Alaoui, a mis en avant, mercredi à Dallas (Etat du Texas), les multiples facettes de l’Art Islamique dans sa quête de l’esthétisme, du beau et du divin, une démarche qui offre “les meilleurs instruments pour lutter contre le fléau du radicalisme et de l’intolérance”, en se félicitant de la pleine adhésion des Marocains à la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI visant la protection du patrimoine culturel et l’encouragement de l’expression artistique libre.

“Dans la tradition musulmane, l’art constitue une expression de la foi en Dieu qui s’articule autour de la quête des voies qui rapprochent du Très-Haut, de la beauté et de l’esthétisme. Le Prophète Sidna Mohammed n’avait-il pas dit que Dieu est beau et aime la beauté”, a souligné Lalla Joumala Alaoui dans un exposé sous le thème: ”L’Art Islamique: une fenêtre vers l’essence de la foi”, donnée au Dallas Museum of Art (DMA), à l’occasion de l’inauguration de la Keir Collection, dans le cadre du Festival des Arts Islamiques de DMA.

La Keir Collection, a-t-elle relevé, présente la particularité d’interpeller la nature multiple qui s’inscrit dans l’essence même de l’Art Islamique, en ce sens qu’il implique, d’un côté, des valeurs universelles de grande portée, qui sont l’expression de la vision du monde de l’Islam et de l’autre, la grande diversité des traditions artistiques et de l’artisanat culturel islamique qui véhiculent ses valeurs.

“Quand on évoque l’Art Islamique, une mosaïque complexe et élaborée nous vient à l’esprit, dans la mesure où les pièces, les formes et les couleurs fusionnent pour donner forme à un ensemble exquis, qui se trouve être l’expression emblématique de cette nature plurielle”, a développé Lalla Joumala Alaoui, notant que cette particularité renvoie à la fois à la complexité des nuances profondes et à la cohérence de cette vision du monde qui unit l’Art Islamique dans son ensemble.

Cette dualité, a-t-elle poursuivi, est “emblématique de bien de choses de la vie: du bien et du mal, de la vie et de la mort, du paradis et de l’enfer, de l’infini et de l’éphémère”. Néanmoins, a nuancé Lalla Joumala Alaoui, “la particularité de l’Art Islamique, quand elle est comparée aux autres expressions culturelles du monde, révèle qu’elle ne cherche pas systématiquement à dépeindre le combat sans fin de cette dichotomie à laquelle nous faisons fasse dans ce bas monde, mais va bien au-delà pour chercher à triompher, en faisant prévaloir les forces du bien, élevant très haut la cause de la vie en laissant rejaillir les lumières du divin”.

“Il convient de s’arrêter sur le fait que la foi musulmane, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus authentique, met en exergue les valeurs incontestables de l’Islam d’ouverture, de tolérance et de respect, en s’évertuant toujours à élever l’esprit vers la sagesse, vers la compréhension mutuelle et l’altérité”, a dit l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi, en invitant l’audience à contempler le fait que “les artistes musulmans ne cherchent pas à répliquer la nature dans leurs oeuvres, mais s’appliquent plutôt à en renvoyer les significations multiples”.

Et de souligner: “C’est bien là l’Islam que je connais et j’embrasse. C’est ce qui est enseigné et prêché dans mon pays et c’est bien ce qui suscite l’adhésion de la grande majorité des pays musulmans du monde”. “Malheureusement, a-t-elle regretté, la lumière et la paix qui se trouvent au coeur de l’Islam sont si souvent bafouées par des actes impies qui n’ont aucune place dans notre religion”.

“Mus par l’ignorance et la politique de la haine, des groupes marginaux de fanatiques cherchent, comme dans toutes les autres religions, à prendre en otage les différentes spiritualités et à dévoyer leurs valeurs authentiques, en faisant l’apologie de la violence et de la destruction pour imposer leurs idéologies funestes”, a poursuivi Lalla Joumala Alaoui.

Le Maroc, sous le leadership actif de Sa Majesté le Roi, est “fermement engagé à faire face à ces défis en veillant à la protection du patrimoine culturel du Royaume et en soutenant la création artistique”, a-t-elle rappelé, ajoutant que cette dynamique a donné lieu à une ambitieuse stratégie nationale au profit des musées et des différentes expressions artistiques, comme en témoigne le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, une ville, elle même, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

“Au delà de mon pays, il existe également des initiatives à grande portée à travers le monde arabo-musulman portant sur l’édification de musées en collaboration avec des institutions de renommée mondiale, comme c’est le cas récent du lancement, la semaine dernière, du Musée du Louvre à Abou Dhabi, qui s’est déroulé en présence notamment de Sa Majesté le Roi”, a conclu Lalla Joumala Alaoui.

Fouad ARIF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *