Israël a utilisé des passeports bosniaques pour un assassinat

Le mouvement de résistance palestinien Hamas a accusé, jeudi 16 novembre, des espions israéliens de s’être servis de passeports bosniaques pour entrer en Tunisie et y assassiner l’un de ses experts en drones en 2016.

Mohamed Zaouari, 49 ans, avait été abattu par balles par des inconnus le 15 décembre 2016 alors qu’il était au volant de sa voiture devant son domicile à Sfax (est de la Tunisie).

Le Hamas, dont Israël a éliminé plusieurs figures par le passé, l’avait immédiatement accusé d’avoir tué cet ingénieur présenté comme un spécialiste des drones.

Le Hamas, grand ennemi d’Israël auquel l’ont opposé trois guerres depuis 2008 dans le territoire palestinien de la bande de Gaza, a indiqué avoir mené l’enquête sur l’assassinat. Sans préciser comment il avait recueilli ses informations, il a indiqué qu’un certain nombre d’agents du Mossad, les services secrets israéliens, avaient opéré en Tunisie pendant plusieurs mois et s’étaient rapprochés de Mohamed Zaouari en se faisant passer pour des journalistes étrangers.

Selon Mohamed Nazzal, l’un des hauts responsables du Hamas, les deux principaux suspects de l’assassinat sont entrés en Tunisie avec des passeports bosniaques.

Le porte-parole du ministère sioniste des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a refusé de commenter les déclarations du Hamas. Israël avait également gardé le silence à l’époque des faits.

Aucune réaction n’a été obtenue des autorités tunisiennes et bosniaques.

L’entité colonisatrice avait déjà été accusé d’avoir utilisé de faux passeports étrangers, notamment britanniques, irlandais et australiens, pour assassiner un dirigeant du Hamas à Dubaï en 2010.

Cela avait conduit l’Irlande, la Grande-Bretagne et l’Australie à expulser des diplomates israéliens en signe de protestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *