Rencontre de haut niveau Maroc-France

Traditionnellement solides et étroites, les relations entre le Maroc et la France sont toujours marquées du sceau de l’amitié exceptionnelle qui lie les deux pays et déterminées par leur souci constant de les renforcer encore plus dans tous les domaines et de les hisser au plus haut niveau.

C’est dans ce contexte précisément qu’intervient la visite, mercredi et jeudi, dans le Royaume du premier ministre français, M. Édouard Philippe, pour co-présider, aux côtés du chef du gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani, les travaux de la 13-ème Rencontre de haut niveau Maroc-France.

Jalon supplémentaire dans l’édifice des excellentes relations amicales maroco-françaises, cette Rencontre constitue une “occasion de saluer le caractère privilégié de l’amitié maroco-française et offre l’opportunité de renforcer la coopération bilatérale dans plusieurs domaines économiques et sociaux, notamment ceux relatifs à l’éducation- formation, à l’amélioration du climat des affaires, à l’encouragement de l’innovation, à la promotion de la coopération en matière de régionalisation et la coordination des initiatives destinées au continent africain”, souligne le département du chef du gouvernement marocain.

Cette session sera également marquée par l’organisation du Forum économique maroco-français sous le thème “France-Maroc : des ponts pour la croissance et l’emploi”, qui constitue une étape pour évaluer et prospecter les différents volets du partenariat entre la communauté des affaires des deux pays, ajoute la même source.

Ce Forum vise à “développer de nouveaux domaines d’opportunité économique entre les entreprises des deux pays et à explorer les pistes d’un développement partagé en Afrique”, indique la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), initiatrice de l’événement.

Au programme du Forum, qui sera organisé en partenariat avec le Mouvement des entreprises de France (MEDEF international), plusieurs ateliers sont prévus notamment sur les enjeux et perspectives du co-développement en Afrique, les défis de l’urbanisation et du développement durable dans la coopération franco-marocaine, la réussite du développement agro-industriel inclusif, ainsi que sur la révolution digitale et l’entrepreneuriat.

C’est dire la richesse du programme et la variété des sujets qui seront examinés lors de la visite au Maroc du premier ministre français, qui sera accompagné de pas moins de dix ministres ainsi que d’une délégation de hauts responsables et de patrons des grandes entreprises publiques françaises et d’autres personnalités.

Une visite qui ne manquera pas d’ouvrir de nouvelles perspectives devant les relations bilatérales et leur dynamisation conformément à la volonté des dirigeants des deux pays.

Interrogée à ce sujet par la MAP, la porte-parole du ministère français de l’Europe et des affaires étrangères a évoqué le large éventail des questions qui seront abordées lors de cette visite en faisant état de la signature, à cette occasion, d’accords de coopération dans différents domaines en vue de consolider «le partenariat d’exception» entre les deux pays.

Témoignage de la volonté des deux pays d’aller de l’avant dans leurs relations et de l’amitié renouvelée qui lie le Maroc et la France, le président Emmanuel Macron avait choisi de se rendre dans le Royaume pour son premier déplacement dans la région après son élection à la magistrature suprême de son pays en mai dernier.

SM le Roi Mohammed VI avait, pour sa part, réaffirmé la qualité exceptionnelle des relations maroco-françaises dans un message adressé à M. Macron suite à son élection dans lequel le Souverain a tenu à rappeler que les peuples marocain et français, qui sont liés par une amitié séculaire, fondée sur l’estime mutuelle et une communauté de valeurs humaines, ont su, au fil des années, construire un partenariat fort et multiforme qui s’illustre par sa pérennité et sa stabilité.

“C’est un choix stratégique, voulu et assumé, que les deux pays ont pu constamment renouveler et consolider face aux multiples défis politiques, humains et socio-économiques qu’ils ont eu à relever des décennies durant”, avait souligné SM le Roi, se disant persuadé que le partenariat entre le Maroc et la France, sous la présidence de M. Macron, “s’inscrira dans cette dynamique et gagnera en profondeur et en intensité”.

SM le Roi avait également fait part de Sa détermination à œuvrer, de concert avec le chef de l’Etat français, pour aller de l’avant dans la mise en valeur des potentialités qui s’offrent à la coopération économique entre les deux pays, pour conforter la convergence de leurs points de vue sur différentes questions régionales et internationales d’intérêt commun et pour renforcer leur action en faveur de la cause climatique et d’un développement humain et durable profitable à tous.

Un large éventail de domaines promis donc à une coopération de plus en plus dense dans la continuité des projets communs déjà lancés et de l’ambition affichée par les deux pays de développer leur collaboration dans les secteurs d’avenir, en particulier les transports, les énergies renouvelables, le numérique et le tourisme, en direction des marchés émergents de la région, notamment en Afrique.

Il y a lieu aussi de rappeler dans ce cadre l’important soutien financier accordé par l’Agence française du développement (AFD) à plusieurs projets dans le Royaume et qui concernent divers domaines dont la promotion des PME, les infrastructures et les transports.

A rappeler également qu’avec environ 750 filiales d’entreprises françaises recensées, le Maroc est la première destination des investissements français sur le continent africain.

La coopération bilatérale englobe aussi la lutte contre le terrorisme et la radicalisation partant de leur attachement aux idéaux de paix et de sécurité et à la promotion des valeurs d’ouverture sur l’Autre et de dialogue entre les cultures et civilisations.

SM le Roi avait tenu, à cet égard, à assurer le président Macron de Sa volonté de travailler avec lui pour “consolider cette coopération exemplaire afin que nous relevions les multiples défis qui interpellent notre espace euro-méditerranéen et la région sahélo-saharienne”.

Au volet culturel, la coopération bilatérale est aussi riche que diversifiée comme en témoigne la forte présence des Instituts culturels français au Maroc ou encore l’organisation conjointe d’importantes manifestations culturelles dans l’un et l’autre pays.

Le centre culturel du Maroc qui sera ouvert à Paris contribuera sans nul doute à donner un nouvel élan à des relations culturelles déjà denses qui tiennent leur essence d’une amitié franco-marocaine inscrite dans la pérennité.

Mises en place depuis 1997, les Rencontres de haut niveau entre les deux pays sont destinées à impulser les relations de partenariat stratégique, multidimensionnel et exceptionnel qui lient le Maroc et la France et à intensifier le dialogue politique bilatéral.

Lors de sa dernière visite au Maroc, début octobre, le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, avait souligné que ce partenariat «est exemplaire et a atteint un niveau très significatif dans tous les domaines».

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, l’avait quant à lui qualifié de «stratégique et exceptionnel».

Amina Benlahsen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *