Plus de 100 élus devant la justice pour incompétence et mauvaise gestion

102 poursuites judiciaires ont été émises à l’encontre d’une centaine d’élus locaux à travers le royaume au titre de l’année en cours. Les élus concernés sont accusés d’incompétence, d’abus de position ou encore de mauvaise gestion des ressources de l’État.

D’après un rapport consacré au budget alloué au ministère de l’Intérieur présenté la semaine dernière par le département de Abdelouafi Laftit, 40 présidents de communes, 28 vice-présidents communaux et 34 élus locaux font l’objet de poursuites judiciaires. Selon Al Ahdath Al Maghribia dans son édition à paraître le 15 novembre. Huit présidents de communes sont également poursuivis pour mauvaise gestion des ressources financières étatiques mises à leur disposition.

Les accusés seront ainsi démis de leurs fonctions et ne pourront plus être éligibles pour occuper des postes similaires dans le futur.

Par ailleurs, 18 cas ont été déférés devant les tribunaux administratifs du royaume en 2017. Huit affaires ont concerné des demandes de démissions de vice-présidents, 3 demandes de démission de présidents communaux et une demande de démission d’un président régional.

Six peines ont également été prononcées par des Cours d’appel à l’encontre de six élus suite au changement de leurs partis politiques, et ce, en vertu de l’article 20 de la loi organique relative aux partis politiques et de l’article 50 de la loi organique relative aux communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *