(Vidéo) Un séisme fait au moins 335 morts en Irak et en Iran

Le tremblement de terre de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter a également fait plus de 2800 blessés. Les secours s’organisent dans les villages sinistrés pour retrouver des survivants et aider les habitants.

Le bilan du séisme de magnitude 7,3 qui a touché dimanche soir le nord-est de l’Irak et des régions frontalières en Iran et en Turquie ne cesse de s’alourdir. Au moins 335 personnes ont été tuées et plus de 2800 autres ont été blessées, selon un nouveau décompte donné ce lundi matin par les autorités, qui s’attendent à ce que ces chiffres augmentent compte tenu de la difficulté des secours à atteindre certaines zones reculées.

Selon l’Institut géologique américain (USGS), la secousse a été enregistrée à 18h18 (heure locale) à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la ville d’Halabja, dans une zone montagneuse de la province irakienne de Souleimaniyeh. Selon le site internet de l’Institut de géophysique de l’Université de Téhéran, le séisme a été suivi par une centaine d’autres secousses, les plus fortes atteignant 4,7 sur l’échelle de Richter. Les médias publics ont appelé la population au calme. «La situation est sous contrôle dans les zones frappées par le tremblement de terre», a assuré la télévision d’État.

En Iran, 328 morts et 2535 blessés ont été recensés. Les personnes décédées sont toutes originaires de la province de Kermanshah, située à la frontière de l’Irak. La ville la plus touchée semble être celle de Sar-e Pol-e Zahab, avec près de 142 morts. «Nous sommes en train d’installer trois camps d’urgence» dans cette zone, a déclaré à la télévision d’État le gouverneur adjoint de Kermanshah. D’après l’agence officielle Irna, une trentaine d’équipes de secouristes du Croissant-Rouge iranien ont été envoyées dans l’ouest de l’Iran. Tandis que des centaines d’ambulances et des dizaines d’hélicoptères de l’armée ont été mobilisés pour les opérations de secours notamment dans les zones rurales.

Residents look at the damage following a 7.3-magnitude earthquake in Sarpol-e Zahab in Iran’s western province of Kermanshah on November 13, 2017.
More than 200 people were killed and hundreds more injured when the 7.3-magnitude earthquake shook the mountainous Iran-Iraq border triggering landslides that hindered rescue efforts, officials said. / AFP PHOTO / TASNIM NEWS / Farzad MENATI

En Irak, le bilan est passé de six à sept victimes dans la province de Souleimaniyeh, dans le Kurdistan irakien. «Nous avons maintenant un dernier bilan de sept décès et 321 blessés dans le Kurdistan irakien», a affirmé le porte-parole du ministère de l’Intérieur à Bagdad, le général Saad Maan. «Quatre personnes sont mortes dans la localité de Darbandikhan», à une soixantaine de kilomètres au sud de la ville de Souleimaniyeh, «deux personnes à Karmiyan et une autre à Souleimaniyeh», a détaillé Rekot Rachid, ministre de la Santé de la région autonome du Kurdistan d’Irak.

Iranians mourn over the body of a victim following a 7.3-magnitude earthquake in Sarpol-e Zahab in Iran’s western province of Kermanshah on November 13, 2017.
More than 200 people were killed and hundreds more injured when the 7.3-magnitude earthquake shook the mountainous Iran-Iraq border triggering landslides that hindered rescue efforts, officials said. / AFP PHOTO / TASNIM NEWS / Farzad MENATI

La secousse a également été ressentie dans le sud-est de la Turquie. Les habitants de la région touchée par le séisme ont quitté leurs maisons au moment du tremblement de terre, mais y sont revenus peu après. Selon les autorités ni dégâts ni victimes n’ont été enregistrés.

Écoles fermées et routes coupées

Des tentes, des couvertures, des produits alimentaires et de l’eau ont été distribués aux populations des différentes villes, qui ont passé la nuit à la belle étoile. Interrogé par la télévision d’État, Pir Hossein Koolivand, le chef du Service national d’urgence iranien, a déclaré qu’il était «difficile d’envoyer des équipes de secours dans certains villages car les routes ont été coupées à cause de glissements de terrains».

Dans plusieurs provinces touchées par le tremblement de terre, les autorités ont appelé les habitants à dormir à l’extérieur des maisons et à se déplacer par précaution. Certaines villes sont privées d’électricité en raison du séisme. Les écoles devaient rester fermées lundi en Iran notamment celles de Kermanshah, où trois jours de deuil ont été décrétés.

Residents huddle by a fire in an open area following a 7.3-magnitude earthquake at Sarpol-e Zahab in Iran’s Kermanshah province on November 13, 2017.
At least 164 people were killed and 1,600 more injured when a 7.3-magnitude earthquake shook the mountainous Iran-Iraq border triggering landslides that were hindering rescue efforts, officials said. / AFP PHOTO / ISNA / POURIA PAKIZEH

Par le passé, l’Iran a déjà plusieurs fois été touché par de violents séismes. En décembre 2003, une secousse avait anéanti la ville historique de Bam en Iran où au moins 31.000 personnes avaient été tuées. En avril 2013, l’Iran avait subi à quelques jours d’intervalle deux séismes de magnitude 6,4 puis 7,7, la plus forte secousse depuis 1957 dans ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *