Le FMI rassuré par les réformes menées au Maroc

Au terme d’une mission au Maroc, les experts du FMI rassurent quant à l’évolution de l’économie marocaine. Flexibilité du régime de change, ligne de précaution de liquidités, réformes structurelles… Tour d’horizon des sujets abordés.

À chaque fois que le Fonds monétaire international (FMI) est en mission au Maroc, la question de la flexibilité du régime de change ne manque pas de se poser, fait remarquer Aujourd’hui le Maroc dans son édition du jeudi 8 novembre. Le quotidien explique que, pour le FMI, la mise en œuvre de cette réforme relève de la souveraineté des autorités marocaines. Cependant, le chef de la mission de consultation du FMI s’est voulu clair sur le passage à ce régime et sur les conséquences du retard de son application.

Si le spécialiste affirme que le niveau du dirham n’est pas éloigné de son équilibre, il relève, par contre, des risques de deux ordres à moyen terme. Le premier réside dans le fait que l’économie marocaine subit un choc: or, l’absence de la variable d’ajustement qu’est le change, en cas de choc, rend cet ajustement plus difficile pour l’économie marocaine. Le deuxième concerne l’érosion de la compétitivité.

À propos de la Ligne de précaution de liquidité, l’expert du FMI estime qu’elle demeure utile. Le conseil d’administration du FMI avait déjà approuvé, en juillet 2016, un accord de 24 mois au titre d’une troisième ligne de précaution pour un montant de 3,5 milliards de dollars, soit près de 4 fois la quote-part du Maroc.

À l’issue de sa mission, le FMI estime que les politiques macroéconomiques prudentes et les réformes structurelles se poursuivent au Maroc. Le Fonds constate également une amélioration de la gestion des finances publiques et une diversification de l’économie. Néanmoins, il reste beaucoup à faire pour promouvoir une croissance plus élevée, plus durable et plus inclusive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *