Larache: un bain de sang évité de justesse dans un restaurant bondé de touristes

Dimanche dernier, en début d’après-midi, un forcené a fait irruption dans un restaurant où déjeunaient quelque 70 touristes étrangers. Avec son chariot contenant une bouteille de gaz et des cocktails Molotov, il aurait pu causer un carnage, n’eût été la panne de son briquet.

Le restaurant Al Khozama, un haut lieu de la gastronomie marocaine très prisé par les touristes étrangers de passage à Larache, a été à un doigt de connaître un bain de sang, dimanche dernier. Les quotidiens Assabah, Al Akhbar et Al Ahdath Al Maghribia rapportent en effet, ce mardi 7 novembre, qu’un jeune vendeur ambulant de 36 ans, A.K, a pénétré dans ledit restaurant, vers 14h. Il a alors jeté à terre une bouteille de gaz, qu’il avait pris soin d’ouvrir pour épancher son contenu dans l’atmosphère, avant de sortir un briquet avec lequel il a tenté d’allumer un cocktail Molotov pour le jeter ensuite vers la bonbonne.

Par miracle, le briquet n’a pas fonctionné, ce qui a permis la rapide et courageuse réaction des serveurs du restaurant qui, à l’aide de tout ce qui leur tombait sous la main (chaises, bouteilles d’eau minérale, assiettes…), ont attaqué l’agresseur pour l’empêcher de tenter d’actionner à nouveau son briquet. Ils ont, du même coup, permis aux 70 touristes (pour la plupart des Espagnols et des Portugais), pris de panique, de vider rapidement les lieux, tandis qu’ils maîtrisaient l’assaillant.

Les trois quotidiens s’accordent pour dire que cet acte n’a rien à voir avec une action terroriste, et que le jeune homme serait un déséquilibré mental. Non seulement il serait en rupture de ban avec sa propre famille, très connue dans le nord du pays selon la presse, mais l’échec d’un premier puis d’un deuxième mariage l’aurait également fortement marqué. L’homme est d’ailleurs père de deux enfants, un garçon de 10 ans et une fillette de 3 ans.

Al Akhbar précise que ce vendeur ambulant de jus de fruit s’affichait un jour avec barbe et habit soufi, avant de réapparaître le lendemain imberbe et habillé à l’occidentale, ce qui dénoterait de son instabilité psychique. D’ailleurs, juste après son arrestation par les forces de police venues en grand nombre sur les lieux, le forcené a été interné dans un hôpital de Tétouan, sous très haute surveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *