Fusillade de Marrakech : le milieu de la drogue néerlandais craint les représailles du Maroc

Aux Pays-Bas, et plus particulièrement dans les milieux criminels à Amsterdam, le règlement de compte raté à Marrakech jeudi dernier, suscite l’inquiétude.

Les réseaux criminels néerlandais craignent les représailles des autorités marocaines et sont conscients que celles-ci poursuivront sans relâche les coupables jusqu’à leur arrestation.

La rapidité avec laquelle les services marocains mènent l’enquête n’est pas fait pour les rassurer. Les deux tireurs, deux néerlandais originaires du Suriname et de la République Dominicaine ont été identifiés et arrêtés moins de 48 heures après l’attaque.

La police sait également déjà que le commanditaire du règlement de compte est un maroco-néerlandais et qu’il se trouve actuellement en République Dominicaine. Il aurait menacé à plusieurs reprises la vraie cible, propriétaire du café « La Crème » où a eu lieu la fusillade. Le Maroc a depuis émis un mandat d’arrêt international à son encontre.

La cible, Mustapha El F. aussi surnommé « Mous » a lui aussi la nationalité néerlandaise. Il posséderait encore plusieurs cafés dans le nord du Maroc et aurait financé une boite de nuit aux Pays-Bas fermée début septembre par les autorités néerlandaises. Il faisait également partie du réseau de Samir « Scarface » Bouyakhrichan, gros trafiquant de drogue tué en août 2014 en Espagne.

Hamza Chaib, un jeune étudiant en médecine de 26 ans et fils du président de la Cour d’appel de Beni Mellal, avait été tué par erreur. Il était assis à la table où se trouvait Mustapha El F. quelques minutes plus tôt. Sa petite amie et un employé du café ont été blessés lors de l’attaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *