Le touriste chinois: un profil très intéressant pour le Maroc

Aujourd’hui, le marché chinois est le 1er émetteur de touristes au monde, avec plus de 120 millions de voyageurs par an. Les attirer est devenu une priorité pour les professionnels du tourisme marocains, et ce pour plusieurs raisons. Notamment, ils sont les touristes les plus dépensiers au monde. Leur panier moyen au Maroc est estimé à 1400 dollars, bien loin de la moyenne qui est de 600 dollars. Alors, que ne faut-il pas faire pour les conquérir ?

Plus de 40 tour-opérateurs chinois ont fait le déplacement spécialement à cette occasion, pour s’entretenir avec leurs homologues marocains et exploiter les opportunités qui s’offrent à eux afin de développer ce marché porteur, et mieux répondre aux exigences du touriste chinois.

Présente à cet événement, Mme Lamia Boutaleb, Secrétaire d’État chargée du Tourisme, a déclaré que la visite Royale a marqué un tournant historique dans les relations entre le Maroc et la Chine, et a permis de renforcer les coopérations entre les deux pays à tous les niveaux et particulièrement en matière de tourisme.

«Nous sommes conscients de l’importance du marché touristique chinois qui est le plus grand marché mondial émetteur de touristes… Avec la nouvelle orientation du ministère du tourisme, qui veut se concentrer plus sur les recettes touristiques plutôt que sur les arrivées, le profil du touriste chinois est très important et c’est pour cela qu’aujourd’hui il est au cœur de la stratégie de développement de notre secteur», a déclaré Mme Boutaleb.

Il est à rappeler que depuis le 1er juin 2016, le Maroc a supprimé les visas pour les ressortissants chinois voulant se rendre au Maroc.

«Cette décision a montré l’intérêt du Maroc de s’ouvrir au niveau culturel, humain, politique, économique à la RPC. Elle a facilité le déplacement d’un certain nombre d’hommes d’affaire, d’investisseurs chinois mais également des touristes chinois vers la destination Maroc», a souligné la Secrétaire d’État.

Il faut dire que depuis l’entrée en vigueur de cette décision, le nombre d’arrivées des touristes chinois a connu une croissance importante, pour atteindre environ 80.000 touristes à fin septembre 2017, soit une augmentation de 242% par rapport à la même période de l’année précédente. Un chiffre qui devrait être porté à 100 000 touristes d’ici la fin de l’année selon le ministère.

«Le Maroc est prêt à faire ce qu’il faut pour attirer le touriste chinois et pour qu’il se sente chez lui. Nous travaillons sur la formation davantage de guides touristiques parlant le mandarin, mais aussi pour attirer plus de restaurateurs chinois, pour avoir plus de signalétiques dans les aéroports et ailleurs à destination de cette clientèle importante pour nous», a précisé Mme Boutaleb.

Pour sa part M. Li Li, ambassadeur de Chine au Maroc, a déclaré que la coopération entre les deux pays est quelque chose de primordial. « Sa Majesté a pris une décision courageuse d’exonérer les touristes chinois de visa. C’est grâce à ce message très clair et très important qu’on arrive actuellement à un développement sans précédent du tourisme chinois au Maroc », a-t-il soulevé.

Profil, opportunités et obstacles

L’ambition du Royaume est grande concernant ce marché, cependant il reste encore des critères à prendre en considération et des points à améliorer dans l’offre Maroc.

Lors de son intervention, M. Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), a dressé un portrait précis du touriste chinois. D’après ses données, 94% des voyageurs chinois choisissent les agences de voyages pour l’organisation de leurs vacances, et plus de la moitié sont des couples avec enfants. Les touristes chinois sont particulièrement attirés par les destinations ayants un patrimoine historique et culturel. Néanmoins, le shopping n’est pas négligeable durant leurs vacances, puisqu’il représente plus de 30% du budget total de leur voyage, avec une part de 30% pour les produits de luxe. Ceux qui ont visité le Maroc ont choisi de séjourner dans des hôtels classés dans 68% des cas (50% dans des hôtels 4 étoiles et 19% dans des 5 étoiles).

Les villes marocaines préférées des chinois sont Casablanca avec 36% de nuitées enregistrées, Marrakech et Ouarzazate (14%), Fès (10%), Chefchaouen (9%), puis Tanger et Rabat.

Même si les arrivées chinoises au Maroc restent encore très faibles, la durée moyenne de leur séjour est supérieure à 6 jours. Une aubaine pour les hôteliers et les agents de voyage qui, selon M. Kabbaj, peuvent développer beaucoup de chose avec une clientèle pareille.

Il est à préciser que le Maroc ambitionne de porter le nombre de touristes chinois au Maroc dans les années avenir à 1 million de visiteurs.

Selon le président de la CNT, cette ambition devrait s’accompagner de plusieurs dispositions afin d’atteindre les objectifs souhaités, parmi lesquelles : l’ouverture de vols directs entre la Chine et le Maroc ; l’adaptation de l’offre Maroc aux attentes et motivations des touristes ; l’enseignement du mandarin dans les établissements de formation hôtelière ; la formation des guides ; le renforcement de la promotion digitale, etc.

«Il faut que le touriste chinois, lorsqu’il vient chez nous, trouve exactement ce qu’il recherche… Aujourd’hui, les Chinois sont satisfaits à 75%, nous devrions porter ce pourcentage au-delà des 90%», a précisé M. Kabbaj.

L’événement a été marqué, par ailleurs, par la tenue de rencontres B2B entre les experts chinois et leurs homologues marocains pour multiplier les opportunités d’affaires entre les opérateurs touristiques de deux parties.

A. Loudni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *