Gnaoua: après le coup de gueule de Neila Tazi, le ministère réagit

Le ministère de la Culture et de la Communication a confirmé avoir parachevé toutes les procédures et les mesures légales au niveau national concernant la demande d’inscription de l’art Gnaoua sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Quelques jours après la sortie de Neila Tazi, fondatrice du Festival Gnaoua et Musiques du Monde critiquant « le mépris » du ministère de la Culture concernant l’introduction auprès de l’UNESCO de l’art des Gnaoua, le département de Mohamed Laarej réagit enfin. Il fait savoir ce 31 octobre qu’il a parachevé les procédures et les mesures légales de la demande « sollicité depuis cinq ans » par Yerma Gnaoua association organisatrice du festival.

Selon le ministère de la Culture, « le dossier est en cours d’examen par une commission spécialisée relevant de l’Organisation onusienne. »

Le ministère fait sa mise au point et indique que « depuis 2014, un dossier complet sur la candidature des « rituels et traditions Gnaoua » a été élaboré dans la perspective de son inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel. Ce dossier avait été transmis aux services de l’UNESCO avant fin mars 2015″.

Neila Tazi avait de son coté précisé « qu’après 5 ans de sollicitations déterminées, de courriers et de rendez-vous incessants », elle apprend que « le dossier des Gnaoua ne sera pas traité avant au moins deux ans ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *