Une catastrophe aérienne évitée de justesse à l’aéroport de Fès-Saïss

Alors qu’il s’apprêtait à décoller de Fès à destination de Londres, un avion d’Air Arabia, avec son plein de passagers et de kérosène, a été violemment percuté par un camion de catering. Les passagers, débarqués, n’en revenaient pas.

Samedi dernier, sur le tarmac de l’aéroport de Fès-Saïss, un camion ravitailleur en repas destinés à être servis sur un vol Fès-Londres d’Air Arabia a failli causer une catastrophe aérienne.

Le quotidien Al Massae, dans son édition de ce lundi 30 octobre, rapporte que ce camion de catering a percuté l’avion qu’il était venu ravitailler en repas, samedi dernier vers 19 h, à l’aéroport de Fès. Pour rappel, ces camions, munis d’un élévateur, déposent des mini-conteneurs chargés de plats pré-préparés à l’arrière de l’avion. Leurs chauffeurs sont d’ailleurs souvent bien formés à cet exercice et bien tenus à l’œil pour d’évidentes raisons de sécurité aérienne.

Or, selon le journal, le chauffeur qui conduisait le camion ce jour-là manquait de professionnalisme en la matière, et le pire a été évité de justesse car l’avion avait déjà opéré son plein de kérosène, alors que les passagers avaient pris place dans l’avion et avaient même déjà attaché, pour certains, leur ceinture de sécurité.

Face à ce choc inattendu, les autorités aéroportuaires ont décidé de débarquer tous les passagers et de faire appel d’urgence à des experts en sécurité aérienne pour savoir si l’avion pouvait encore décoller ou s’il devait rester cloué sur le tarmac. Finalement, après auscultation minutieuse de l’appareil, il a été décidé d’y apporter des réparations et de retarder son décollage de plusieurs heures. Un retard qui n’a pas été du goût de certains passagers, dont le plan de voyage a été complètement chamboulé. Et ils n’ont pas manqué de bruyamment manifester leur mécontentement.

Suite à cet incident, qui a finalement causé plus de peur que de mal, Al Massae appelle l’Office national des aéroports à plus de vigilance et de contrôle à Fès-Saïss, car la sécurité des avions et des passagers, dans cette aérogare, peut être mise à mal par certaines pratiques népotistes et laxistes. Comme le fait de laisser un chauffeur de camion sans expérience entrer sur le tarmac de l’aéroport et accéder maladroitement à la carlingue d’un avion déjà paré pour le décollage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *