Quand un israélien dénonçait le rôle du Mossad dans le départ des juifs du Maroc

Après la création de l’état hébreu en 1948, le gouvernement en place a souhaité, selon un plan minutieusement prémédité, provoquer un exode à l’échelle planétaire de tous les juifs dans le but de les pousser à venir s’installer dans le nouvel état juif.

L’exode des juifs marocains a bien sûr fait partie de ce plan machiavélique élaboré par les israéliens. Alors que tous les livres d’histoire relatent l’exode des juifs en dehors de l’Afrique du Nord comme dû à des expulsions en masse provoquées par les pays arabes, une autre version vient de voir le jour.

Le quotidien Al Qods Al Arabi avait publié un résumé du travail effectué par Ygal Bin-Nun, un historien israélien. On y apprend notamment que l’origine des départs massifs de juifs marocains vers l’Etat sioniste aurait été manigancé par le Mossad (Institut pour les renseignements et les affaires spéciales) sur ordre de son gouvernement. Ils seraient 160.000 à avoir quitté le Royaume.

La mission des agents secrets israéliens a été de créer la panique au sein de la communauté juive en fomentant des attentats dont elle sera la victime. L’objectif étant de terroriser les juifs qui pensent être persécutés par les autorités marocaines. Les israéliens se donnaient pour but ultime d’instaurer le concept de martyr et peu importe si les victimes sont juives, la fin justifie les moyens, un adage que les israéliens ont exploité jusqu’à l’extrême.

Les plans du Mossad ont été percés à jour par les marocains, cependant ces derniers n’ont pas maîtrisé la situation ce qui a profité aux israéliens et donner lieu à un accord facilitant l’émigration des juifs hors du Maroc.

N’ayant pas pour autant perdu de vue leur projet de lier le mot martyr aux juifs, le Mossad n’hésite pas à provoquer le naufrage d’un des navires transportant clandestinement les juifs vers la « terre promise ». Plus de 44 juifs marocains meurent noyés ainsi que les membres de l’équipage.

Dans le quotidien Adenot Aharonot, Ygal Bin-Nun accuse, à mots couverts, les agents du Mossad d’être impliqués dans le drame. Il déclare :
« j’ai révisé les protocoles ayant précédé le naufrage et je suis tombé sur des déclarations de la ministre des Affaires étrangères, Golda Meir (1898-1978). Lors d’un conseil de gouvernement, elle insistait sur l’impératif de commettre une opération au Maroc qui engendrait un choc ». Du coup « ils ont loué un bateau en mauvais état, sachant qu’une fois au large de la Méditerranée, il va couler ». Sur les 160.000 juifs installés au Maroc, seuls 5000 sont restés y vivre.

L’Etat sioniste tapis dans l’ombre, tire les ficelles en coulisse et ceci depuis près de 70 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *