Marrakech: perpétuité pour une danseuse qui a égorgé et dépecé son mari

C’est à une affaire sordide que les magistrats de la chambre criminelle près la cour d’appel de Marrakech ont été exposés, les amenant à condamner une danseuse et son amant à la prison à vie. Les détails.

Une femme et son amant ont été condamnés, vendredi dernier par la chambre criminelle près la cour d’appel de Marrakech, à une peine de prison à perpétuité. Un jugement en appel qui confirme une précédente condamnation en première instance. La condamnée, danseuse de son état, est accusée d’avoir égorgée son mari, avec l’aide de son amant, en octobre 2008, rapporte Al Akhbar dans sa parution de ce lundi 2 octobre.

Un crime sordide qui avait à l’époque ébranlé la ville ocre. Dénommée Fatima, la danseuse a drogué son mari, Ahmed, à l’aide d’une pilule qu’elle a dissoute dans un verre de jus de betterave, avant d’appeler son amant, Rachid. A son arrivée sur les lieux du crime, ce dernier, muni d’une hache, a frappé plusieurs coups sur le visage d’Ahmed pour s’assurer de sa mort. Mais l’horreur ne s’est pas arrêtée là, puisque la mère de Fatima, Hnia, s’est personnellement chargée de découper le corps du défunt en 17 morceaux, détaille le journal arabophone.

Les morceaux du corps d’Ahmed ont ensuite été mis dans plusieurs sacs plastiques noirs pour être éparpillés dans différents quartiers de la ville ocre. Si la danseuse et son amant ont tous deux été condamnés à la prison à vie, ce n’est pas le cas de la mère de la meurtrière, Hnia. La dépeceuse a fini par se suicider à son domicile, à Tamsloht.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *