Achoura: Plus de 220.000 pétards et feux d’artifice saisis à Dakhla et Casablanca

Achoura est fêtée ce week-end. Et qui dit Achoura, dit lancement de pétards par les enfants pour célébrer la fête. Un bon filon pour les vendeurs de pétards ou feux d’artifice, pourtant interdits.

Ainsi, chaque année, les revendeurs de contrebande sont légion. Et 2017 n’a pas dérogé à la règle. La police a déjà mis la main sur plus de 220.000 pétards et feux d’artifice de contrebande, saisis à Dakhla et Casablanca.

Vendredi, trois personnes ont été arrêtées à Dakhla pour leur implication présumée dans une affaire de possession et de commercialisation de pétards et de feux d’artifice, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

Les mis en cause, un commerçant et deux vendeurs ambulants, ont été appréhendés dans les quartiers Al Wahda et Essalam, précise la DGSN. Les fouilles effectuées ont permis de saisir 147.360 unités de pétards et feux d’artifice de différentes tailles.

Les prévenus ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête qui devra déterminer l’origine de ces produits dont la commercialisation est interdite par la loi, conclut le communiqué.

Le même jour, la police de Aïn Chok à Casablanca a saisi 75.382 pétards dans une maison à Sidi Maarouf et deux individus, ayant des antécédents judiciaires, ont été arrêtés pour leur implication présumée dans la commercialisation de ces produits interdits, selon la DGSN.

“Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts des services de sûreté en matière de lutte contre la commercialisation illégale de pétards et de feux d’artifice”, note la DGSN.

Un projet de loi visant à réglementer la fabrication, l’importation, la commercialisation et la détention des produits contenant des substances pyrotechniques, dont les artifices destinés au divertissement, est actuellement dans les tiroirs du Parlement.

Il vise à interdire les pétards et feux d’artifice dans les lieux confinés (habitation), à punir plus sévèrement les vendeurs et à mieux encadrer la vente et l’utilisation de ceux destinés à être utilisés en plein air, par des personnes qualifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *