Signature de conventions pour une usine de dessalement de l’eau de mer près d’Agadir

Les Conventions pour la réalisation de la plus grande unité mutualisée de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation et l’alimentation en eau potable de la région de Souss Massa ont été signées, jeudi à Rabat, entre le ministère de l’Economie et des Finances, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, l’ONEE, des entreprises espagnoles (Société Abengoa SA, Société Abengoa water international, SEDA. SA) et la BMCE.

Ce grand projet, qui nécessitera dans ses deux composantes (eau potable et eau agricole) un coût global de l’ordre de 4 milliards de dhs, devrait permettre, à terme, de sécuriser l’approvisionnement en eau potable du Grand Agadir et de fournir l’eau pour l’agriculture irriguée à haute valeur ajoutée de la zone de Chtouka.

La signature de ces conventions intervient dans la perspective du lancement prochain du projet en question qui sera le plus grand du genre à l’échelle mondiale de par sa capacité de production mutualisée pour les besoins de l’irrigation et de l’eau potable.

Ce projet qui constitue un levier pour une croissance socio-économique durable pour toute la région, est le plus grand projet de dessalement de l’eau de mer mutualisé d’irrigation et d’eau potable alimenté dans le monde alimenté par des énergies renouvelables.

En plus de l’investissement lié au projet de réalisation de l’usine de dessalement de l’eau de mer d’un coût de près de 2 milliards de dhs pour sa composante eau potable, l’ONEE consacrera des investissements additionnels de 600 millions DH HT pour la pose de 44 Km de conduites, la construction d’un réservoir d’eau potable de 35.000 m3, l’installation de 3 lignes électriques (Haute Tension) sur 55 Km à partir du poste source de Tiznit connecté au complexe solaire Noor Ouarzazate et la construction de 2 stations de pompage et 2 réservoirs de mise en charge.

C’est ainsi que pour la composante eau potable, le projet de dessalement de l’eau de mer d’une capacité au démarrage de 150.000 m3/jour, qui atteindra 200.000 m3/jour à terme, vise la sécurisation de l’alimentation en eau potable au profit d’une population de 2,3 millions d’habitants à l’horizon 2030 dont 20% en milieu rural.

Ce projet de grande envergure permettra également de porter le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural à 100% au niveau du Grand Agadir et d’accompagner le développement socio-économique de la région ainsi que de préserver les ressources en eau souterraines.

Le recours au dessalement de l’eau de mer a été dicté par la nécessité d’accompagner le développement de la Région Souss Massa caractérisée par un grand dynamisme socio-économique, urbanistique et touristique dans la mesure où la Région est alimentée actuellement à partir des ressources superficielles à raison de 80% (barrages de Moulay Abdellah et de Abdelmoumen) ainsi qu’à partir de ressources souterraines à hauteur de 20% (nappe de souss) qui permettent de satisfaire les besoins en eau potable à l’horizon 2020.

Intervenant lors de la cérémonie de signature de ces conventions, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid a souligné l’importance de ce projet en matière de dessalement d’eau de mer pour les deux usages eau potable et eau agricole, notant qu’il permettra d’avoir à la sortie une disponibilité d’eau agricole à des prix extrêmement compétitif de l’ordre de 5 dh/ m3 pour l’eau agricole.

Pour le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, le projet de dessalement de l’eau de mer est une solution incontournable pour sécuriser l’approvisionnement en eau potable du Grand Agadir et de fournir l’eau pour l’agriculture irriguée à haute valeur ajoutée de la zone de Chtouka.

« Il constitue un levier pour une croissance socio-économique durable pour toute la région », a-t-il assuré.

Le Directeur général de l’ONEE, Ali Fassi Fihri a, pour sa part, indiqué que ce projet vise la protection des ressources souterraines, du littoral et le renforcement du développement humain dans la région de Souss- Massa

Ce projet permettra au Maroc de s’inscrire dans « cette vision de développement durable » et de satisfaire les besoins de la région Souss-Massa en eau potable et agricole, a-t-il fait observer.

La cérémonie de signature des conventions relatives à ce projet a été marquée par la présence de la ministre déléguée chargée de l’Eau, Charafat Afilal et de l’Ambassadeur d’Espagne, Ricardo Diez-Hochleitner Rodriguez.

Avec MAP


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *