La journaliste impliquée dans le chantage du roi refuse de rendre l’argent à sa maison d’édition.

Catherine Graciet vient de refuser de rendre l’avance de sa maison d’édition pour le livre sur le roi du Maroc, Mohammed VI.

La journaliste accusée d'avoir fait du chantage au roi du Maroc, refuse de rendre l'avance de sa maison d'édition.

En effet, la maison d’édition du Sueil a avancé une somme d’argent avant même la sortie du livre afin de compenser le travail de la journaliste. Une rémunération qui correspond au travail de documentation, aux voyages et pour réunir les informations.

Sauf qu’après l’éclatement de l’affaire du chantage avec Mohammed VI, la maison d’édition a décidé de ne plus publier le livre et a immédiatement rompu le contrat des deux journalistes impliqués.

L’avocat de la maison d’édition a été chargé de récupérer la somme qui a été avancé aux journalistes mais il s’est vu imposer une fin de non-recevoir.

En effet, Catherine Graciet refuse de rendre l’argent car elle estime avoir fourni un travail pendant quelques mois mais estime que c’est la maison d’édition qui a rompu le contrat avant même la fin de l’enquête judiciaire.

La maison d’édition du Sueil va poursuivre en justice les deux journalistes pour violation délibérée du contrat.

A lire aussi:
Mohamed VI va inaugurer la fondation des Oulémas Africains à Fès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *