La mort du chef du polisario dans la chronique de Meriem K.

Les chroniques de Meryem K.
La mort de la « tête pensante » de l’entité anti-marocaine est au cœur de la polémique tout comme sa création : le front polisario.
Il était intéressant d’aller voir ce que les voisins du nord disaient de ce « non événement ». Et me voilà sur le site de Libération et de son confrère Lacroix qui consacrent un article sur cette figure emblématique de la lutte anti-marocaine.

Les chroniques de Meryem K sur le polisario.

Dans cet air d’anti-marocanisme ambiant, ces journalistes dépeignent le personnage ainsi que sa lutte comme quasi « noble ». On a le sentiment à la lecture que ce « front » se bat pour une indépendance unilatéralement désirée. 
Je ne ferai pas de cours sur le Sahara, sujet trop épineux et trop long à étayer ici. En revanche, rappelons tout de même quelques circonstances. Dans l’article de Libération on peut y lire « En 1973, il (Mohamed Abdelaziz) est un des sept fondateurs du Front Polisario ». 

Rappelons que le Maroc a subi la colonisation de son Sahara par les Espagnols entre 1884 à 1975. Le Maroc à la fin du XIXème siècle est « dans tous ses états ». Les marocains se battent à Tétouan contre les espagnols. La France et L’Espagne renforcent leur volonté de coloniser ce territoire entre mer et océan jusqu’à en occuper et se partager le territoire.
A cette époque, personne n’avait entendu parler d’un front polisario ou d’une quelconque lutte indépendante saharaouie. Cette dernière ne verra le jour avec la création de son front, qu’en 1973 par le fils d’un certain Khelili Mohamed Salem Rguibi qui lutte auprès de l’armée royale marocaine : la trahison à cette époque avait visiblement le vent en poupe.
Mais ce n’est pas tout, la date de 1973 est notable. Elle tombe après l’indépendance du Maroc en 1956 et de celle de son voisin en 1962. Elle vient juste avant l’événement historique que sera la Marche verte. Il est donc légitime de se demander où étaient toutes ces revendications lorsque les marocains du Nord au Sud se battaient contre les « empires coloniaux » de l’époque…. 
Il est plus accessible de se battre contre une armée marocaine qui se forme et qui sort de l’ère coloniale, plutôt que de faire face au général Franco et à ses hommes.  
Encore dans le sillage de l’antimarocanisme occidental naissant, le contenu des articles se verra consacré à la lutte militaire et terroriste du polisario mais, en terre des Droits de l’Homme, les journalistes n’aborderont pas les conditions de vie des habitants du camp de Tindouf et ni du détournement des aides humanitaires…. Soit!
Un deuil de huit jours est proclamé en Algérie, c’est dire l’importance du dossier chez nos voisins de l’Est. Ce dossier qui est selon Lacroix « sous le parrainage de l’Algérie  » n’était à l’origine selon les mots de Feu SM Hassan II qu’ un dossier instrumentalisé par le gouvernement libyen de kadhafi (Dans La Mémoire d’un Roi, d’Eric Laurent, à l’époque non éprit par son sentiment de haine à l’égard du monarque).
La position du Maroc est noble et chaque marocain devrait la suivre: Le décès de Mohamed Abdelaziz est « un non-événement d’un point de vue politique, et sans aucun impact sur le dossier du Sahara marocain » …
Ne te réjouis pas lorsque ton ennemi tombe… Le destin est là pour te rappeler que tu as aussi des jambes….
Les chroniques de Meryem K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *