Mohamed Merah travaillait bien avec les Renseignements généraux (RG).

Mohamed Merah était protégé par les Renseignements Généraux Français et cela a été confirmé par le témoignage de policiers qui l’avaient contrôlés en 2007.

Mohamed Merah travaillait avec les renseignements généraux.
Mohamed Merah se fait contrôler par des policiers en 2007 car il se fait remarquer au bord de sa nouvelle BMW dans un quartier de Toulouse. Lorsque l’identité du Toulousain est entré dans le fichier informatique par les policiers,  il est indiqué en gras « 50600980 RG »  en gras. Une note indique au policier qu’il ne faut attirer l’attention et poursuivre le contrôle comme si de rien n’était.
Le PV a été envoyé aux RG comme l’indiquait une note d’information. Ceci est une preuve d’un lien entre Mohamed Merah et les RG Français.
Alors que son avocat demande l’ouverture d’une enquête afin de comprendre les relations entre son client et les RG, elle est confiée à la DCRI.
Comment la DCRI peut-elle enquêter sur ses propres services en toute transparence ?
«J’aurais préféré que l’enquête soit confiée à l’IGPN ce serait déjà plus correct» a déclaré l’avocat.
Un autre point vient troubler cette affaire confie l’avocat. Les armes retrouvées après la mort de Mohamed Merah n’ont pas été expertisés alors que l’arme que Merah avait échangée pour une radio lors de l’assault a été préparée comme le COLT 45 des services du RAID Français. Très difficile à comprendre ce qui se passe dans ce dossier, confie l’avocat.
A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *